UNRAVEL II

Publié le par VORTEX

UNRAVEL II

Unravel II est toujours un jeu de plateforme/réflexion/action développé par Coldwood Interactive et édité par EA games. Oui, le second ! Un coop comme jamais !! Que dire de plus que le premier ? Eh bien, il est encore mieux que le 1 !!!

UNRAVEL II

« J'ai cueilli ce brin de bruyère - L'automne est morte souviens-t ‘en »

 

Nous incarnons toujours un petit bonhomme de laine pas plus haut qu’un petit verre d’eau mais cette fois, on peut lui donner d’autres couleurs de laine et ça, c’est hyper sympa !

UNRAVEL II

A la différence du premier Unravel où le Hub du jeu se situait à l’intérieur de la maison d’une vieille dame, on a, ici, un phare pour lequel il faut arriver à la fin des niveaux dans le but de débloquer les étages et rallumer sa lumière…

UNRAVEL II

L’ambiance est toujours nettement empreinte de nostalgie avec des souvenirs diffus de personnes du passé ; ici on a deux petits jeunes adolescents qui, au début, sont poursuivis par un vilain monsieur.

 

Au niveau des paysages, on est complètement dans l'ambiance du premier titre ; tout est soigné, joli, il n’y a rien à dire.

UNRAVEL II
UNRAVEL II
UNRAVEL II

Ce qui change vraiment, c’est au niveau du gameplay.

 

 

« Nous ne nous verrons plus sur terre - Odeur du temps brin de bruyère »

 

Ce qui m’a épaté sur ce second titre, c’est la capacité des développeurs à avoir changé complètement un titre en permettant de jouer seul et/ou à deux. Personnellement j’y ai joué avec mon fils et quel bonheur ! C’était génial de pouvoir l’aider à tout instant en le rattrapant du bout du fil de laine sans que ça ralentisse le jeu tout en lui disant "Ne t'inquiètes pas, je suis là, je ne te lâche pas, je te tiens". Nous étions liés avec nos deux bonhommes (pour lesquels on a changé la couleur de temps à autres) chacun donnant des idées à l’autre et surtout, tout en appui, en assistance, en collaboration, la main dans la main.

 

Lorsqu’il y avait de réelles difficultés, on pouvait toujours prendre le bonhomme sur son dos et hop ! En avant !

Ici, il n’y a plus de laine à aller récupérer ; votre binôme est votre source de laine. Du coup, vous êtes obligé de rester non loin de l’autre. Un vrai bijou ce coop !

Notons au passage la présence de paliers ‘défi’ dans le phare, en parallèle de la trame principale. L’un d’entre-eux nous a demandé énormément d’efforts de synchronisation ; nous n’y sommes pas arrivés à bout malgré tout :

 

UNRAVEL II

Cependant, d’autres moments ont été particulièrement rigolos pour nous, notamment un passage très poissonnier ! Je me souviens m’être faite gober par un poisson, ce qui a bien fait rigoler mon fils ; c’était mignon et c'est devenu son passage préféré :

J’ai dû y passer une dizaine d’heures, le tout dans un écrin de verdure tantôt dans la forêt ou dans la ville ou une usine avec des éléments mécaniques. L’ensemble est cohérent, la musique est à peu prêt du même calibre que pour le premier épisode. Peut-être avec un peu plus de variations selon les passages (et encore, peut-être me trompes-je…).

 

« Et souviens-toi que je t'attends »

 

J’avais choisi Verlaine pour illustrer l’ambiance générale du premier Unravel ; cette fois c’est Guillaume Apollinaire :

 

« J’ai cueilli ce brin de bruyère, l’automne est morte souviens-t ‘en ; nous ne nous verrons plus sur terre, odeur du temps brin de bruyère ; et souviens-toi que je t’attends » Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

 

 

Un ÉTONNANT, encore, pour la deuxième aventure du petit bonhomme de laine

 

Parce que c’est un vrai renouveau niveau gameplay

 

Parce que c’est toujours aussi touchant

 

Parce que c’est terriblement bien pensé

 

 

 

Publié dans jeux vidéo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :