SWITCH - OR DIE TRYING

Publié le par VORTEX

SWITCH - OR DIE TRYING

All in English mais tout à fait compréhensible puisque peu de texte…

Ce qui est appréciable de prime abord, c’est que l’on rentre directement dans le vif du sujet. On fait START et l’histoire commence sur fond de graphismes épurés aux couleurs bien choisies. Un petit bonhomme fait dodo tranquillement dans son lit au moment où un ange et un démon font leur apparition, de chaque côtés du lit.

« -On le réveil ?

-Non, on ne le réveil pas, il est si tranquille…

-Mais il doit se lever, il passe son temps à dormir ! »

Nos deux contradicteurs se disputent et notre petit bonhomme se réveil…

SWITCH - OR DIE TRYING

Première épreuve : Se lever et traverser la maison en moins de 15 secondes pour valider les objectifs demandés. Jusqu’ici tout est très facile et nous sommes accompagnés d’une petite musique mignonne et entrainante. C’est extrêmement simple et en même temps, chemin faisant, la difficulté va rinforzando (les choses se corsent quoi…). Le tout réside dans le saut ; oui, sauter ça paraît facile, encore faut-il le faire au bon moment (et oui, sauter, c’est la base !)

Facile mais ce n'est que le début...

Le timing des sauts-switch-sauts que vous allez effectuer en pagaille est donc crucial : On saute avec ‘A’, on switch avec ‘B’ ou ‘RT’; plus tard vient ‘X’ pour lancer une petite boule mais au début, pas besoin… Le fait de ‘switcher’ (de petit bonhomme à un peu plus grand) vous fait gagner un bond. Il faut, par conséquent, s’aider de cela pour atteindre l’arrivée.

SWITCH - OR DIE TRYING

Ne vous fiez pas aux apparences, ce jeu est bougrement difficile sous ses aspects enfantins et graciles ! Il faut absolument connaître par cœur son chemin sinon c’est le ‘retry’ garanti ! 

 

Le menu principal est représenté sous forme de 5 gros livres comprenant chacun 15 chapitres à parcourir, ce qui est largement suffisant pour s’occuper quelques heures.

SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING

On ouvre alors son livre et l’on découvre son parcours dont l’ambiance change à mesure des ouvrages. Le premier livre (‘Beginnings’) est assez facile jusqu’au niveau 7 où il faut apprendre à maîtriser les sauts/switch sur les parois des murs. Une fois qu’on a pris le pli, ça se passe plutôt bien. Cependant, à ce niveau du jeu, je me sentais un peu comme le 'joueur du grenier' devant 'Tintin au Tibet' ...

SWITCH - OR DIE TRYING

« Non mais sérieux, comment t’es sensé savoir que c’est une plateforme alors que ça a exactement la même tête que le reste ! » (Regardez cet épisode à propos de ‘Tintin au Tibet, Megadrive’ j’ai beaucoup ri et je ne m’en lasse pas !)

 

J’exagère un peu, pas d’inquiétude, le jeu ne nous laisse pas dans le vide : Par exemple, les plateformes qui apparaissent et disparaissent contiennent un timer sous forme de jauge (qui se désempli en guise de countdown). Ainsi, on voit combien de temps on peut rester sur la plateforme avant qu’elle ne se dissipe.

Le second livre (‘Adventure’) se passe de nuit avec un joli décor étoilé sous un beau clair de lune. Ici le petit bonhomme a une commande à utiliser en plus : le lancé de bulle d’eau (je crois que c’est sensiblement ça…) pour casser des éléments de décor. Le troisième volume (‘History’) nous amène dans un décor qui rappel un peu les palais grecques. L’avant dernier niveau (‘Science’) se passe sous la pluie avec des éléments électriques et pour finir, le cinquième livre (‘War’) nous bombarde de fusées dans la nuit et sous la lune.

SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING
SWITCH - OR DIE TRYING

C’est vraiment difficile et parfois complexe. La fin de chaque livre s’achève avec la résolution d’un puzzle, très simple à comprendre mais vraiment épineux à réaliser. La rudesse des épreuves n’a d’égale que la subtilité de la gestion des sauts/switch avec laquelle il faut faire preuve pour arriver à la fin. Le potentiel d’agacement est grand mais le joueur doit savoir raison garder !

SWITCH - OR DIE TRYING

A un tout autre niveau de lecture du jeu, on remarque que le bonhomme est en fait la lettre ‘i’ qui se prononce ‘I’ en anglais (comme 'ail' : le condiment). Ici, ‘I’ c’est ‘je’ en anglais ; je développe : 

L’ange et le démon du début du jeu se disputent sur le fait que le petit garçon dorme trop (ou pas, selon l'entité qui parle) et que ses copains le laissent tomber parce qu’il se croit meilleur que les autres. Par conséquent, ils les traitent avec mépris… ‘I’, c’est aussi une façon d’évoquer un « MÔA JE » trop important chez notre petit personnage.  Les épreuves qu’il va traverser vont lui servir d'apprentissage de l'humilité. Je vous conseille d’aller jusqu’au bout, vous aurez une jolie surprise (pour ceux qui aiment les "Happy endings") !

Et si toutefois l’excellence vous attire, je vous invite à jeter un coup d’œil sur ce gamer un peu dingue qui a fini tous les niveaux à la perfection en moins d’une heure !

 

En conclusion je dirais que ce jeu à prix vraiment abordable est indubitablement distrayant et agréable à jouer. Les graphismes épurés et le personnage empreint de naïveté cachent un véritable parcours élaboré demandant une maîtrise rigoureusement exacte des sauts et de l’espace. Si vous n’avez pas peur de recommencer encore et encore pour atteindre un flawless run alors n’hésitez surtout pas !

 

 

UN BON POUR SWITCH – OR DIE TRYING

 

Parce que j’aime bien les graphismes sobres

 

Parce qu’ici, recommencer n’a pas été un souci

 

Parce que le p’tit bonhomme il est mignon !

 

Publié dans jeux vidéo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mela 10/08/2018 13:24

C’est un titre que j’ai apprécié, mais que j’ai malheureusement trouvé beaucoup trop court. Concernant le prix, il est correct pour la durée de vie proposée. Pour ce qui est du graphisme, est plutôt soigné.

VORTEX 10/08/2018 13:30

Il était quand même corsé !